Justice : Philippe Courroye ne veut pas être rétrogradé à Paris

Le très controversé Procureur de Nanterre a engagé un recours devant le Conseil d’État, le 6 août contre sa nomination à la cour d’appel de Paris au poste d’avocat général.

Philippe Courroye paye le prix de sa gestion très critiquée du Parquet de Nanterre, où la justice côtoyait de trop près le pouvoir. C’est dans « l’intérêt du service » que la chancellerie a fait savoir le 20 juillet dernier le souhait de son départ. Elle évoque notamment son implication dans des procédures pénales et disciplinaires, suite au volet des « Fadettes » de l’affaire Bettencourt. Son impartialité est remise en cause par des journalistes du Monde qui l’accuse d’avoir usé de son pouvoir pour découvrir leurs sources. La supposée proximité de Courroye avec l’ancien chef de l’État, Nicolas Sarkozy, a suscité de vives tensions au sein du TGI de Nanterre, en particulier avec la juge Isabelle Prévost-Desprez. Le procureur pense que cette nomination est une sanction disciplinaire qui ne dit pas son nom.

Courroye en croisade

Philippe Couroye s’oppose violemment à cette mutation. Il ne veut pas être un avocat général parmi tant d’autres à la cour d’appel de Paris. Quelques jours après l’annonce de la chancellerie, le procureur de Nanterre explique dans Le Figaro qu’il est « lynché » sur la place publique et victime d’une « chasse à l’homme » aux motivations politiques. « Si le gouvernement devait prendre un décret pour me muter contre mon gré à la cour d’appel de Paris, je l’attaquerais devant le Conseil d’État », la plus haute juridiction administrative, déclarait-il au quotidien. C’est chose faite. Dans tous les cas, si Philippe Courroye décide d’utiliser tous les recours qui lui sont offerts, c’est dans une croisade qu’il se lance face à l’administration de la Garde des Sceaux, Christiane Taubira.

—————————————————————————————————————— 

Justifications de Taubira

Pour la garde des Sceaux, cette mutation aurait dû se faire depuis longtemps. Dans une interview accordée à Liberation, la ministre déclare qu’il était urgent de rétablir la sérénité au sein du parquet de Nanterre : « Cela fait combien de temps que ça dure, le cirque ? (…) Le troisième parquet de France, ce n’est pas rien. Il est sous les feux de l’actualité depuis un temps considérable et cela finit par perturber son activité judiciaire (…) Philippe Courroye est exposé à trois mises en examen ».

—————————————————————————————————————— 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s