Franklin Roosevelt, l’homme du New Deal

Franklin Delano Roosevelt est le 32e président des États-Unis. C’est le seul homme dans l’histoire de ce pays à avoir été élu successivement quatre fois à cette fonction en 1932, 1936, 1940 et 1944. Ses mandats sont marqués par deux crises majeures du 20e siècle : la dépression économique des années 30 et la Seconde Guerre mondiale. Pour redresser son pays, ce défenseur de l’État providence impose une autre alternative au système économique libéral américain. Perdant l’usage de ses jambes à l’âge de 39 ans, sa force de caractère et son grand optimisme ont inspiré le peuple américain à reprendre confiance en lui. C’est sous sa gouvernance que les États-Unis ont acquis la stature de puissance mondiale que l’ont connaît aujourd’hui.

 

Enfance

Franklin Roosevelt est né le 30 janvier 1882 à Hyde Park dans l’État de New York. C’est le fils unique et choyé de ses parents fortunés, James Roosevelt et Sarah Delano. Issu de la riche aristocratie rurale du nord-est des États-Unis, Franklin Roosevelt est un parent du 26e président des États-Unis, Théodore Roosevelt. Il voyage beaucoup avec ses parents dans sa jeunesse et apprend plusieurs langues.

 

Formation 

Roosevelt entre à la Groton School en 1896, où ses parents l’y inscrivent quand il n’avait que 18 mois. Ce collège prépare ses élèves à devenir l’élite américaine et à entrer dans l’une des plus prestigieuses universités du nord-est des États-Unis. En 1900, il entre à Harvard pour étudier le droit, comme le souhaitaient ses parents, mais cette même année il perd son père. Un an plus tard, Roosevelt obtient le poste très convoité de président — rédacteur en chef du quotidien universitaire, le Harvard Crimson.

 

Engagement politique

1907 : Franklin Roosevelt, 25 ans, entre comme avocat au cabinet Carter Ledyart and Milburn à Wall Street. Premiers contacts avec le monde politique.

1910 : candidat au siège de sénateur de l’État de New York. Mais, à la différence de Théodore, Franklin est démocrate comme son père.

1913 : élu président des États-Unis, Thomas Woodrow Wilson le nomme secrétaire adjoint à la Marine. Wilson l’influence beaucoup sur les convictions sociales.

1920 : candidat à la vice-présidence des US au côté de James Cox, qui sera battu par Warren G. Harding sur le thème d’un « retour à la normale » après la grande guerre ou non-ingérence aux affaires européennes.

1921 : Roosevelt est atteint de la poliomyélite, il perd l’usage de ses jambes pendant ses vacances à Campobello. Arrive par la suite une lutte contre la souffrance et l’handicap physique.

1928 : Roosevelt part en campagne pour le poste de gouverneur de l’État de New York, faisant taire les rumeurs sur sa santé. Elu de justesse, il prend ses fonctions l’année suivante. Pour l’État de New York, il instaure déjà une politique de gauche, c’est-à-dire de protection des couches les plus faibles économiquement : fonds d’aide pour les agriculteurs, réduction du prix de l’électricité, réforme sur les prisons et les retraites, indemnisation en cas d’accident du travail, augmentation du budget pour les écoles et les hôpitaux.

1929 : le crack de Wall Street plonge l’Amérique dans la récession.

1930 : grâce à son dynamisme et son humilité, Roosevelt devenu très populaire est réelu gouverneur en 1930. Il crée des emplois d’utilité publique (reboisements, construction) et un fonds d’aide aux personnes sans travail et à leurs familles, la T.E.R.A (Temporary Emergency Relief Administration). L’impôt sur le revenu est augmenté de 50 %.

F. Roosevelt en campagne à bord du Roosevelt Train, 1932

1932 : Franklin Roosevelt devient triomphalement le 32e président des États-Unis,  avec 57,7 % des suffrages. Il récupère un pays au bord de l’asphyxie économique, qui compte près de 12 millions de chômeurs.

1933 : dès son investiture, il lance le 1er New Deal, un tas de réformes largement inspiré de celles de New York : réforme du système bancaire avec l’Emergency Banking Relief Act, ordonnant le contrôle de la situation des banques ; l’activité boursière est soumise au contrôle fédéral pour empêcher toute spéculation effrénée, comme celle qui a provoqué la chute de Wall Street ; adoption d’une loi qui sépare banques des dépôts et banques d’affaires ; abrogation de la prohibition ; création d’une protection sociale minimum ; et bien d’autres vont suivre.

1936 : réélection à la présidence des États-Unis avec 61 % des suffrages.

1938 : fin du New Deal, adoption des lois sur les horaires de travail,  le salaire minimum et l’interdiction du travail des enfants. Lancement du réarmement naval.

1940 : réélection à la présidence avec 54% des suffrages.

1941 : les États-Unis s’engagent dans la Seconde Guerre mondiale, choisissant d’armer les Anglais et les Russes. Les « Alliés » mèneront une bataille commune contre la tyrannie nazie. Roosevelt fixe ainsi la ligne directrice de la politique étrangère de son pays : défendre la démocratie dans le monde. Par ailleurs, l’industrie de l’armement résorbe le chômage aux États-Unis.

1944 : réélection de Roosevelt avec 53,4 % des voix. Débarquement de Normandie, le 6 juin et libération de Paris en août. Puis début des bombardements sur Tokyo en novembre.

Février 1945 : Conférence de Yalta, où les « trois grands » Roosevelt, Churchill et Staline s’y retrouvent afin de préparer le monde d’après-guerre à une paix mondiale.

12 avril 1945 : décès de Franklin D. Roosevelt à Warm Springs. Un événement tragique qui suscite une vive émotion aux États-Unis et à l’étranger. Son vice-président, Harry Truman lui succèdera à la tête du pays.

 

Churchill, Roosevelt et Staline à Yalta, 1945

 

Controverses

La politique d’État providence à la Roosevelt est souvent qualifiée de « Bolchévisme » aux États-Unis, encore aujourd’hui, mais s’avère être l’étendard d’une certaine pensée progressiste américaine. Bien que l’on ne connaisse pas les effets exacts du New Deal dans le redressement de l’économie américaine, sa mise en place a apportée de nombreuses innovations en termes de protections sociales et de régulations bancaires. Certaines personnalités françaises sont convaincues, qu’il faut adopter le New Deal pour sortir de la crise actuelle.

 

Citations

 « I pledge you, I pledge myself to a New Deal for american people » [« Je vous engage, je m’engage moi-même à effectuer une nouvelle donne en faveur du peuple américain »], extrait de son discours d’investiture de candidat démocrate à la présidentielle de 1932

« La seule chose dont nous ayons à avoir peur est la peur elle-même », extrait de son discours d’investiture à la présidence des États unis en 1932.

 

Recommandations 

 Left, essai sur l’autre gauche aux États-Unis, par Eli Zaretsky et Marc Saint-Exupéry, éd. du Seuil, septembre 2012

La mort de l’élite progressiste, par Chris Hedges, éd. Lux, octobre 2012

Sources :  Franklin Delano Roosevelt / par Sabine Forero Mendoza, éd. Hatier, 2002, col. Figures de l’histoire.

 Crédits photos: Tous droits réservés

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s